Présentation de la FLAGGG


Association « La FLAGGG »
Fédération des Lieux Alternatifs Gascons, Gais, Gourmands, Généreux….
Association loi 1901 en cours de formation
3 rue des bastides - 32380 Saint-Clar
https://www.flaggg.org/

PRÉSENTATION

Un réseau socio-culturel qui, par son maillage, contribue à l’attractivité de notre territoire


Qui sommes-nous

NOTRE OBJET SOCIAL


L’Association La FLAGGG a pour objet, dans le Gers et ses environs, de fédérer, de soutenir et de représenter auprès des institutions les lieux alternatifs qui contribuent, à travers des initiatives locales, singulières et innovantes :
  • à la dynamique culturelle,
  • au lien social,
  • à la sensibilisation environnementale,
  • à l'émergence de nouveaux modes de gouvernance et de rapports humains
  • et à l'éducation populaire auprès de populations parfois éloignées des dispositifs institutionnels.

Pour y parvenir, ses principales missions sont les suivantes :
  • favoriser les rencontres, les échanges, le partage d’expériences entre les acteurs et actrices de ces lieux répartis sur tout le territoire
  • organiser la mutualisation de moyens humains, matériels, de services, d’artistes, etc.
  • encourager la solidarité entre les lieux et l’engagement de leurs responsables dans une démarche collective
  • représenter les lieux auprès des collectivités locales, des institutions culturelles ou sociales, des médias, et autres partenaires
  • solliciter des financements publics ou privés
  • permettre une visibilité des lieux adhérents sur tout le département et au-delà, notamment par des évènements collectifs et par une information complète de chaque lieu (identité, fonctionnement, actualité, etc.)
  • proposer un soutien administratif et organisationnel dans la limite de ses moyens
  • soutenir l’émergence de nouveaux lieux alternatifs afin de permettre l'accès à une dynamique de proximité pour toutes et tous
  • être un acteur des instances décisionnelles qui définissent les politiques sociales, culturelles et environnementales de nos territoires.

Et toute autre mission ayant un lien direct ou indirect avec l'objet ci-dessus.

UN REGARD SUR LES LIEUX DU RESEAU FLAGGG


  • Synthèse des « Lieux » du réseau Flaggg

La présente synthèse reprend la situation de 9 lieux de la Flaggg répartis sur le département du Gers : la Pennac (Marciac), Château neuf des peuples (Belmont), l'Abri des possibles (Auch), Chez les voisins (Montesquiou), Espace Fontélie (Lectoure), Au Manot (St Dode), le Vert luisant (Eauze), l'Ouverture (Mauvezin), les jardins de Hiridaya.

Ces lieux ont chacun leur identité et leur originalité, ce qui représente une diversité incroyable !
Une partie de ces lieux est en gouvernance partagée ( collégiale,etc..)
Les lieux fonctionnement majoritairement à l'année.
Le travail de terrain local fait que ces lieux touchent un nouveau public de proximité.

Ont peut remarquer que tout ces lieux émanent d'initiatives citoyennes privées, ce qui est une autre façon de s'approprier notre culture et nos lieux de rencontres et de créations.

Nos lieux proposent des activités très variées sur des thématiques diverses. Nous ne présentons ici en détail que les événements à caractère «culturel» (reste à définir ce que l’on entend par «culturel»). Les autres activités ne seront que citées malgré leur caractère significatif.
Peut être faut-il parler de « lieux sociaux-culturels », tant la diversité des propositions proposent un mix….quand les cloisonnements éclatent.

Chaque lieu impliqué a transmis à la FLAGGG une fiche individuelle mentionnant diverses informations qui nous a permis d’établir cette synthèse :

Date de créations / statut
La plupart des lieux ont été crées récemment. Ce sont en majorité des associations 1901.

Événements culturels recensés en 2019 : environ 250

concerts 95
bals / thés dansants 53
spectacles divers 24
scènes ouvertes 32
projections, débats,conférences 36
expos 21
cinés concert 6
stages 37
documentaires 10
tournage film 1
chorales 6
ateliers 7

Activités non « culturelles »
De nombreuses activités proposées ne sont pas reprises dans la thématique « culturelle » : Repas collectifs, bar, chantiers participatifs de construction, trocs graines, marchés artistiques, distribution de produits locaux, accueil de migrants, jeux de société, stages et ateliers variés (savoir-faire, bien-être, communication bienveillante, etc.), réguliers ou ponctuels, marches, rdv militants, Alter-tour, fabrication de jus de pomme, mises à disposition de salles auprès d’autres associations, sorties nature, fêtes inter-associatives, etc……

Nombre de participants
environ 12000 personnes : tout public d'ages, de nationalité et de milieu différents.

Territoire couvert
Ces lieux sont répartis sur tout le département.
Public dans un rayon d’environ 30 km à 100 km autour des lieux, soit une moyenne de 60 Km….multipliés par le nombre de lieux.

Nous pensons ouvrir ce réseau à d’autres lieux qui en feront la demande et dont les missions et les valeurs correspondront à celles qui nous rassemblent aujourd’hui.

Ceux qui font fonctionner les lieux : salariés / bénévoles / rémunérations
Un lieu uniquement a des salariées ( scic)
Les lieux fonctionnent avec des bénévoles, entre 10 et 30 par lieux.
La plupart des lieux ne défrayent pas les bénévoles.

Prix d’entrée des événements
La plupart des lieux proposent un prix libre ou très réduit, voire la gratuité.

Paiement des artistes
Majoritairement au chapeau, parfois au cachet (GUSO)

Financement des lieux
Les lieux s’autofinancent en moyenne à 90 %.
Subventions : à l'exception du comptoir des colibris, quelques mairies, le département, le Fdva, la région.
Autres: mécènes, financements citoyens.
Financements échoués : mairie, département, Fdva, budget participatif gersois.

Élus ou représentant de structures venus sur les lieux
Très peu en fait : conseillers municipaux, maires, élus départementaux.
Pas de représentant des structures culturelles départementale ou régionale à l’(exception du comptoir des colibris.
Certains lieux n'ont même pas la visite des élus locaux.

Partenariats
De nombreux partenariat avec les associations locales.


Des valeurs partagées

Les membres de la FLAGGG se sont retrouvés autour de valeurs et champs d’actions suivants :
- La culture - L’environnement
- Le lien social - l’éducation populaire
- les initiatives citoyennes - Une démocratie horizontale
- La solidarité / la mutualisation


  • Les prémices d’un réseau efficient

Notre réseau se construit peu à peu. Des réunions ont eu lieux dans un lieu puis un autre, pour se connaître, échanger sur nos succès et nos difficultés, nos motivations, nos fonctionnements. Ces réunions sont aussi utiles pour se sentir moins isolés, se rassurer aussi, retrouver une certaine motivation parfois.

Des idées de mutualisation naissent. Des messages circulent au sein d’une mailing-liste : tournées d’artistes, comptes-rendus de réunions, demandes de soutien, d’informations, etc.
En échangeant, en créant de l'émulsion collective, en mutualisant notre savoir, en facilitant l'échange d'informations, de services ou de matériels, nous permettons de créer un ensemble de lieux de réflexion, de culture, d'éducation populaire sur l'ensemble de notre territoire !

Construction juridique

La FLAGGG se constitue sous la forme d’une association loi 1901. La rédaction des statuts est maintenant approuvée par les premiers membres et nous allons les déposer prochainement en préfecture. Les dirigeants de la FLAGGG sont les Lieux-Membres eux-mêmes, réunis au sein d’une « Collégiale d’Animation » (Organe de Direction). Chaque Lieu-Membre nomme un ou plusieurs référents et dispose d’une voix.

Un dépliant de communication des lieux impliqués dans la FLAGGG a été imprimé il y a un an environ. Il donne des informations synthétiques : coordonnées, descriptif des activités et carte de localisation.

Nos besoins


Moyens financiers


Nous avons besoin de moyens pour :

Le fonctionnement de chacune de nos structures
  • Le modèle économique de nos structures sont souvent fragiles car basés sur l’ouverture à tout public, quels que soient ses moyens, sur l’offre de produits bios et locaux, sur un bénévolat dont la régularité est incertaine et dont les frais de déplacement sont rarement remboursés.
  • Nous aimerions également offrir une rémunération juste et légale aux artistes et autres intervenants que nous accueillons, ainsi que des animateurs des lieux.
  • Cela pourrait prendre la forme d’une enveloppe globale qui serait répartie entre tous les lieux selon des critères à définir.

L’association FLAGGG
  • Embauche d’un·e salarié·e / coordinat·rice·eur des lieux pour un poste occupé à mi-temps au moins
  • Communication des activités du réseau au niveau du Département et de la Région

Représentativité


Nous souhaitons également obtenir une certaine reconnaissance institutionnelle compte tenu de notre représentativité sur le territoire et de l’importance de nos missions. Nous pourrions ainsi participer à certaines décisions avec d’autres institutions au niveau de notre territoire.

Nous avons sollicité différentes institutions et collectivités afin de nous faire connaître et d’exprimer nos besoins : Représentante de la région (accueil favorable), Directeur et la présidente de l'Adda (en cours), Directeur du Service Culturel (sans réponse), Président du département (sans réponse à ce jour) et animateurs des 4 pays (en attente).

ANNEXE 1 : POUR EN SAVOIR PLUS SUR NOS LIEUX (dépliant édité il y a 1 an)

Le flyer de la FLAGGG
image FLAG_2018_carte.png (1.2MB)
Lien vers: https://www.flaggg.org/?FlyFlag


ANNEXE 2 : UN REGARD PLUS GÉNÉRAL SUR L’ESPRIT DES TIERS-LIEUX


Nos lieux se veulent accessibles à tous, ouverts, où artistes et visiteurs sont appelés à co-construire. Ce sont des lieux d’ébullition, de laboratoire, où il y a toujours un travail en cours, des «ovni» de la culture Intimement liés à l’évolution de la société vers des modèles économiques où «lien social», «échange» et «partage» sont les maîtres mots.

Chaque projet est unique, car fondé sur l’historique d’un lieu et d’un territoire, dont la taille et donc les ressources varient selon l’attractivité économique de la zone d’implantation et l’intérêt porté par les pouvoirs publics. Ces pratiques témoignent d’une volonté de trouver d’autres modèles dans un contexte de diminution des subventions.

Nos lieux sont des endroits où il fait bon aller entre amis, en famille, passer l‘après-midi, participer aux animations du jour : cours Yoga, marché, spectacles...
Souvent présents sur les réseaux sociaux, nos lieux suivent également de près le développement du numérique et l’intègrent à leurs modèles. Enfin, notre volonté d’un mode de vie plus durable et respectueux de l’environnement trouve sa place dans chaque lieux, avec la mise en avant de producteurs et d’artisans locaux, et des ateliers de sensibilisation.

Créer du lien social, rassembler, partager, mutualiser... Telles sont les propositions qu’on retrouve dans les projets de lieux culturels dits intermédiaires. Comment ces lieux se construisent-ils sur un modèle proche de l’économie sociale et solidaire, et en quoi cela consiste-il concrètement ?

Ces projets s’inscrivent plus largement dans l’économie sociale et solidaire.
L’économie sociale et solidaire (ESS) est un concept qui «désigne un ensemble d'entreprises organisées sous forme de coopératives, mutuelles, associations, ou fondations, dont le fonctionnement interne et les activités sont fondés sur un principe de solidarité et d'utilité sociale». Cette dynamique rappelle celle des acteurs culturels, qui rassemblent les citoyens autour de projets artistiques afin de donner lieu à des échanges, en parallèle d’actions sociales visant à démocratiser la culture.

Nos lieux évoluent dans des écosystèmes, c’est à dire des environnements animés par des interactions entre acteurs d’un même territoire, grâce à un travail en réseau où ils mutualisent leurs ressources pour renforcer leurs activités.

Une des particularités de nos lieux émergents est qu’ils sont portés par des citoyens désireux d’être acteurs de leur territoire et qui participent à leur l’attractivité.
C’est pourquoi les pouvoirs publics ne peuvent ignorer notre existence car nous créons des dynamiques économiques, sociales et territoriales.